• Voyage

    Voyage

    Dans cette page, vous allez découvrir le Japon, il y a aura des Wallpapers et pleins d'infos sur .....

     la cuisine, le système scolaire

    Le système scolaire au Japon

    L'école primaire (shôgakkô) : Contrairement à la France, l'école primaire dure six ans. La dernière année de primaire au Japon correspond à la première année du collège en France, à la fin de ce cycle, les écoliers doivent maîtriser plusieurs matières, telles que les mathématiques (sansû), les sciences (rika) et le japonais (kokugo), et connaître environ 1250 kanji (idéogrammes japonais)

    Le collège (chûgakko) : En général, l'entrée au collège se fait sans formalité particulière. Durant ce cycle de trois ans, les élèves étudient, en plus, des matières déjà mentionnées, l'anglais (langue difficile à apprendre pour les japonais, notamment sur le plan de la structure et de la prononciation). Au moment du sotsugyô-shiki, à la fin de la troisième année, une attestation d'études est délivrée aux élèves; Elle ne donne pas forcément un libre d'accès aux établissements supèrieurs, qui sont souvent privés, contrairement à ceux qui relèvent de la scolarité obligatoire (primaire et collège). Les élèves doivent alors un examen d'entrée (juken)

    Le lycée (kôkô) et l'université (daigaku) : Le lycée dure trois ans et le premier cycle de l'Université, quatre ans, jusqu'a l'obtention de la licence qui est sanctionnée par la rédaction d'un mémoire. Il existe aussi des universités qui proposent une scolarité s'étalant sur deux ans (tankidaiku ou tandai). Ensuite, les jeunes diplômes s'engagent, pour une grande majorité, dans la vie professionnelles. Seule une minorité d'étudiants poursuit un deuxième et un troisième cycles.

    Les examens d'entrés aux établissements privés : L'admission au lycée et à l'Université s'effectue sur concours. Seuls les meilleurs élèves y sont acceptés et une concurrence acharnée entre eux. Les établissements sont plus ou moins côtés et leur notoriété joue un rôle important dans l'avenir d'un étudiant. Depuis l'époque Meiji, obtenir le diplôme d'une université réputée déterminée largement le futur statu social d'un étudiant et son niveau de prospérité.

     

    Certains collèges et écoles primaires privées imposent également un examen d'entrés, ainsi dés leur plus jeune âge, les enfants apprennent à fournir une grande charge de travail et la vie d'un écolier ou d'un étudiant japonais se résume à une succession de concours. Il existe aussi des établissements spéciaux, également privée, qui regroupent tous les cycles scolaires, de la maternelle à l'Université. L'élève n'a alors besoin de passer qu'un seul examen. L'inconvénient est que ce type d'établissement est extrêmement cher : seules les familles aisées y ont accès.

     

    Après les cours (hôkago) :   Au Japon, les activités extrascolaires n'existent quasiment pas. Elles correspondent en fait aux activités pratiquées au sein de l'école. A la rentrés scolaire, les élèves choisissent obligatoirement un club sportif (baseball, football basket,, athlétisme, etc.) ou artistique (théâtre, art plastique, chorale, etc.) Contrairement à le France, le Japon ne dispose pas de clubs sports municipaux. Les seuls occupations extrascolaires sont, entre autres, la natation et la musique (cours de piano, flûte traversière, etc.) D'ailleurs, ce loisir est fréquemment dispensé sous le forme de cours à domicile.

    La principale activité qui a lieu après les cours est le ménage! Les élèves sont chargés de nettoyer les classes car le Japon ne dispose pas d'équipes de nettoyage; Par groupes de deux ou trois, ils font le ménage à tour de rôle. Une fois le ménage terminé, les élèves ne rentrent pas directement chez eux. Ils se rendent à des juku, cours privés qui accueillent les élèves de primaire et du collège et qui dispensent des enseignements complémentaires. Rares sont les enfants qui partent avant 22h, voire 23h! Et ce n'est pas tout : une fois à la maison, ils doivent faire leurs devoirs (donnés à l'école et au juku...)

    Toutes ces occupations ont un but unique : renforcer l'esprit collectif afin de pouvoir vivre en communauté et s'intégrer au plus vite à la société. Cependant, il faut souligner que ce système compromet parfois l'autonomie et le créativité individuelle des élèves.

     

    Lexique

    Monbushô : Ministère de l'Education nationale, qui comprend le ministère de la Science et de la Culture (monbukagakushô)

    Nyûgaku-shiki : Cérémonie de début d'année scolaire. En général, elle a lieu dans le gymnase de chaque établissement. Une estrade est installée pour que le proviseur y fasse son discours et des chaises sont prévues pour les élèves.

    Rônin : A l'origine, ce mot désignait un samouraï errant sans maître (soit répudié pour avoir commis une faute, soit se retrouvant sans seigneur, celui-ci étant mort).  De nos jours, un rônin est un étudiant qui, à sa sortie du lycée, n'a réussi aucun des concours d'entrée des universités qu'il avait sélectionnées et qui est contraint à une armée de flottement. En général, les rônin fréquentent des yobikô.

    Sansû : De façon spécifique, désigne l'arithmétique, mais envoie aussi des mathématiques, dans un sens plus large. A l'école primaire, on emploiera plus volontiers le mot "sansû" pour parler des mathématiques, tandis que pour le collège et le lycée, on utilisera le mot "sûgagu", terme qui comprend l'algèbre et le géométrie.

    Sotsugyô-shiki : Cérémonie de fin d'études. Lorsqu'ils quittent l'école primaire, le collège, le lycée ou l'Université, les japonais organisent une cérémonie où ils viennent habillées avec soin (kimono pour les filles et costume pour les garçons) et accompagnés de leurs parents. Après le discours du proviseur et des professeurs, les amis se retrouvent pour prendre des photos de groupe, précieux souvenirs de ces années passées ensemble.

    Terakoya : Ecoles de temples, dans lesquelles les moines bouddhistes enseignants aux enfants la lecture et l'écriture. La création de ces écoles remontent au XIVe siècle. Les filles représentaient à peine le quart des effectifs.

    Undôkai : Journée sportive qui se tient une fois par an dans tous les établissements d'enseignement primaire et secondaire. Des marathons et des courses de relais organisés. Les parents viennent encourager leurs enfants.

    Yobikô : Ce sont des boîtes à concours, des écoles privées qui préparent des lycéens et les rônin aux concours d'entrée des universités. Les cours ont lieu le soir, parallèlement à l'école normale, ou le week-end.  

     

    La cuisine japonaise

    Nouilles 

    Râmen : Soupe de nouilles chinoises, à base de bouillon de porc ou de poulet. Il en existe différentes sortes : shôyu râmen (à la sauce de soja), miso râmen (au miso), shio râmen (au sel), sans oublier les nombreuses variantes régionales.

    Soba : Nouilles à la farine de sarrasin, consommées froides ou chaudes; Le zaru soba est le plus connu des soba froids : les nouilles sont mises sur ue natte de bambou et recouvertes de nori; Ce plat est servi habituellement avec des rondelles de poireau, du wasabi et du bouillon à base de shôyu et de katsuobushi. De nombreuses variantes de soba chauds existent : le kitsune soba (baignant dans un bouillon chaud et accompagné de tôfu frit), le tanuki soba (recouvert de petits morceaux de pâte à beignets frite) et le tempura soba (accompagné de crevettes en beignets).

    Sômen et Hiyamugi : Nouilles à base de farine de blé, semblables à l'udon, mais beaucoup plus fines. Consommées généralement froides et servies dans un bol de glaçons, elles se dégustent en été.

    Udon : Nouilles épaisses à base de farine de blé, consommées froides ou chaudes.

    Poissons

    Chirashi-zushi : Plat populaire japonais à base de riz vinaigré servi dans un bol ou dans une boîte en laque, dans lequel on ajoute des tranches de poisson cru, de kamaboko, ou des morceaux de fruits de mer.

    Maki-Zushi : Rouleau de riz vinaigre garni de thon, de concombre et de kanpyô.

    Sashimi : Filets de poisson cru accompagnés de daikon râpé, assaisonnée avec du shôyu et un peu de wasabi. Les poissons souvent utilisés dans la confection des sashimi sont le saumon, le thon, la daurade et la bonite.

    Sushi : Boulette de riz recouverte d'une tranche de poisson cru (thon, saumon, daurade, etc.), assaisonnée de sushizu (vinaigre de riz sucré). et d'une pointe de wasabi; on peut remplacer le poisson par des fruits de mer (crevette, calmar, oursin, etc.) par des oeufs de poisson tels que l'ikura, ou par un morceau d'omelette. Les sushi sont toujours accompagnés de gari (gingembre mariné)

    Unajû : Préparation à base d'anguille. Servies dans une boîte en laque ou dans un bol, les tranches d'anguilles grillées au feu de bois sont posées sur le riz. Le tout est arrosé d'une sauce légèrement sucrée.

    Yakizakana : Poisson grillé accompagné de riz et d'une soupe miso, qui constitue le petit déjeuner japonais.

    Viandes

    Korokee : Croquettes à base de purée de pommes de terre, de légumes et de viande. On peut varier ce plat en y ajoutant d'autres ingrédients : crabe (kani korokee), crème (kurîlmu korokee) ou maïs (kôn korokee)

    Kushikatsu: Brochettes de viande de porc et de poireau panées.

    Tonkatsu : Côtelette de porc panée, servie avec du chou râpé.

    Yakiniku : Signifie "viande grillée", plat originaire de Corée. Fines tranches de viande trempées dans une sauce épicée spécialise puis grillées sur un barbecue.

    Yakitori : brochettes de poulet cuites au feu de bois et servies avec du yakitori no tare. au Japon, toutes les parties du poulet (chair, peau, coeur, foie,etc.) sont utilisées.

    Donburi : plats à base de riz servis dans un bol

    Katsu-Don : Escalope panée servie sur du riz.

    Gyû-Don : Plat typique et bon marché qu'on mange sur le pouce. Des tranches de boeuf très fines, revenues dans des oignons et de la sauce de soja, sont disposées sur du riz.

    Ten-Don : Assortiments de beignets servi sur du riz.

    Nabemono : fondues japonaises

    Sukiyaki  : La plus populaire des fondues japonaises. Elle consiste à faire mijoter dans la nabe (la marmite) des lamentes de boeuf et des légumes , qu'on trempe ensuite dans une sauce composée de sucre, de mirin et de shôyu.

    Shabu-Shabu : Semblable au sukiyaki, mais les ingrédients sont cuits dans du bouillon. Fondue servie avec du gomadare (sauce épaisse eu sésame) ou du ponzu (sauce de soja avec du bouillon dashi et du jus de citron).

     

    Autres spécialités

    Gyôza : Raviolis chinois grillés à la viande

    Misaokatsu : Côtelette de porc panée, trempée dans une sauce miso sucrée, spécialité culinaire de la région de Nagoya.

    Misoshiru : Soupe miso, à base de bouillon de bonite.

    Oden : Sorte de pot-au-feu japonais. Assortiments de légumes (kamaboko, chikuwa, konnyaku).

    Okonomiyaki : Crêpes épaisses à la viande, fruits de mer ou légumes, que l'on fait griller soi-même sur une plaque chauffante.

    Onigri : Boules de riz plus ou moins triangulaires, enveloppées d'une feuille d'algue et fourrées aux prunes séchées, au saumon grillée, ou aux oeufs de morue. C'est un peu l'équivalent du sandwich en France et le japonais les emportent partout.

    Shûmai : Raviolis chinois cuits à la vapeur et fourrés à la viande, aux légumes, mais aussi aux crevettes (ebi shûmai) ou au crabe (kani shûmai)

    Takoyaki : Spécialités vendues lors des fêtes. Boulettes grillées (yaki) à base de farine et d'oeuf, contenant ingrédients qui leur donnent un goût caractéristiques : poulpe (tako), gingembre, poireau, etc.

    Tempura : Plat originaire du Portugal, introduit au Japon au XVIème siècle. Assortiment de beignets de fruits de mer, de légumes et de poissons.

    Yakibosa : Nouilles chinoises sautées avec des légumes et des morceaux de viande.

     

    Quelques ingrédients de base de la cuisine japonaise

    Aji no moto : Glutamate de sodium, agent de sapidité de la cuisine asiatique.

    Azuki : Haricot rouge, ingrédient principal de nombreux desserts japonais

    Chikuwa : Pain de poisson pilé et grillé

    Chûka aji : Glutamate de sodium, agent de sapidité des plats à la chinoise.

    Daikon : Radis blanc

    Dashi : Bouillon de bonite ou d'algue, sous forme des granulés.

    Eda-mame : Pois de soja servis en apéritif, délicieux accompagnés d'une bière.

    Furikake : Assaisonnement constitué d'un mélange d'algues, de sésame et de petits poissons séchés, qu'on parsème sur le riz.

    Gobô : Racine de bardane.

    Goma abura : Huile de sésame.

    Gyôza no kawa : Pâte pour gyôza (raviolis chinois).

    Harusame : "pluie de printemps", vermicelles de soja ou de pomme de terre.

    Ichimi Tôgarashi : Poudre de piment.

    Ikura : Oeufs de saumon.

    Kamaboko : Pain de poisson pilé, cuit à la valeur.

    Kanpyô : Lamelle de courge séché nature ou assaisonnée. On en trouve souvent dans les maki.

    Kanten : Gélatine végétale extraite d'algues, appelée 'agr-agar". Elles est souvent utilisée pour préparer entrées et desserts.

    Karaage-ko : Farine parfumée pour les poulets frits.

    Karê no roux : Cube de curry à la japonaise.

    Katsuobushi : Copeaux ce bonite séchée. Un des ingrédients de base du dashi.

    Kinako : Farine de soja, nature ou sucrée, souvent utilisée pour les desserts.

    Konbu : Algue séchée, en forme de longs rubans, appelée "laminaire". Un des ingrédients de base du dashi.

    Konnyaku : Pain amidon extrait de tubercules de taro (plante tropicale)

    Mirin : Saké doux et sucré pour la cuisine. Il peut être remplacé par du saké normal auquel on aura ajouté du sucre (environ 100g de sucre dans un quart de litre de saké chauffé).

    Miso : Pâte de soja fermenté, ingrédient de base de la soupe miso. Il en existe diverses variétés : le shiromiso (miso blanc) au goût léger et raffiné l'akamiso (miso rouge) plus concentré, et enfin, l'awasemiso, qui se situe entre les deux précédents.

    Mochigome : Riz gluant, utilisé dans des préparations spéciales ou pour certaines pâtisseries japonaises. Il sert à confectionner l'omochi ou le mochi, gâteaux de riz gluant du Nouvel An.

    Nira : Longue tige verte ressemblant à de la ciboulette, cultivée en Asie.

    Nori : Algue. Il existe deux variétés : le Yakinori, algue grillée pour le maki (souvent vendue par dix), et l'aonori, algue verte qu'on saupoudre sur l'okonomiyaki (crêpe japonaise).

    Râyu : Huile de piment.

    Renkon : Racine de lotus

    Sansho : Poudre de faux poivrier.

    Shôga : Gingembre, accompagnement de base des sushi. Le gingembre préparé est souvent vendu dans des sachets de 100 à 200 g on en trouve de différentes sortes. Le beni-shôga, gingembre marné dans un vinaigre de prune salé, coupé en lamelle, accompagne souvent des plats comme l'okonomiyaki ou le yabi-soba (nouilles sautées japonaises). L'amazu-shôga, ou gai, est gingembre mariné dans un vinaigre sucré.

    Shôyu ; Sauce de soja salée

    Shichimi : Poudre de sept épices

    Soba : Nouilles de sarrasin

    Sushinoko : Vinaigre en poudre

    Tôfu : Pâte de soja

    Udon : Nouilles de blé, blanches et épaisses

    Umeboshi : Prune salée

    Wakegi : Ciboulette chinoise ciselée

    Wasabi : Raifort japonais ou moutarde verte

    Yakitori no tare : Sauce de soja sucré pour les yakitori (brochettes japonaises)

     

     

    Page 1