• Voyage

    Voyage

    Dans cette page, vous allez découvrir le Japon, il y a aura des Wallpapers et pleins d'infos sur .....

    La langue japonaise, les superstitions japonaises, les religions, les fêtes....

    Wallpapers :

       

     

    Infos divers 

    La langue japonaise :

    Prononciation

    Lorsque vous lisez un mot japonais transcrit en rômaji (alphabet occidental), il y a des différences de prononciation. 

    Toutes les voyelles de prononcent à la française, sauf le "u" qui se prononcent "ou" et "e" qui se prononce "é". Lorsque deux voyelles se suivent, elles se prononcent individuellement : "ai" se dit "aï", "ue" se dit "oué", "oi" se dit "oï", "ae" se dit "aé"...... 

    Pour le prononciation des consonnes, la lettre "l" n'existe pas, mais le "r" se prononce "l". 

    "g" est une consonne dure (comme dans le mot garçon).

     "j" se prononce "dj".

    "h" est toujours aspiré (comme en anglais). 

    "ch" se prononce "tch". "sh" se prononce "ch" (comme dans le mot "chat").

    Les autres consonnes se prononcent comme en français.

    Système d'écriture

    L'alphabet syllabique japonais compte 46 sons qui s'écrivent de deux façons différentes : le hiragana et le katakana. Ce sont des systèmes de signes qui ont uniquement une valeur phonétique, et n'ont donc pas de sens. Le hiragana est une écriture simple que les enfants apprennent en premier. Il sert à noter les désinences grammaticales et certains mots qui n'ont pas de transcription phonétiques en caractère sino-japonais (kanji). Ensuite, les enfants étudient le katakana, qui sert à transcrire les mots d'origine étranger ainsi que les mains propres, de villes et de pays.

    De plus, les japonais n'espacent pas les mots quand ils écrivent. Imaginez-vous en train de lire un texte en français avec toutes les lettres liées! Une phrase écrite uniquement en hiragana est donc illisibles. C'est pourquoi les japonais ont introduit les kanji, afin de faciliter le lecture. En chinois, chaque signe représente une idée ou un mot, tandis qu'en japonais, il représente une idée et un son de la langue.

    Expressions utiles

    A demain : Mata ashita

    Au revoir : Sayonara

    Bon anniversaire : Otanjôbi omedetô

    Bonjour (matin) : Ohayô gozaimas

    Bonjour : Konnichiwa

    Bonne année : akemashite omedetô

    Bonne nuit : Oyasuminasai

    Bonsoir : Konbanwa

    Comment ça va?  : agenkideska

    Enchanté : Hajimemashte

    Excuse-moi! : Sumisamen

    Je m'appelle..... : Watashi no namae wa......... des

    Je ne comprends pas : Warakimasen

    Je ne sais pas : Shirimasen

    Je suis désole : gomennasai

    Je suis rentrée : tadaima

    Merci : arigatô

    Non merci : Kekkôdes, arigatô

    Oui / non : hai / iiye 

     

    Les surperstitons japonaises :

    Anti-stressé :  Pour ne pas angoisser, il faut feindre d'écrire trois fois le caractère signifiant "personne" sur la paume de sa main, et l'avaler.

    Araignée : Croiser une araignée le matin est un bon présage, mais en voir une le soir porte malheur. En France, c'est le contraire (araignée du matin, chagrin, araignée du soir, espoir).

    Baguettes : Il ne faut jamais pointer ses baguettes sur quelqu'un ni les planter dans la nourriture ou les croiser, car ces gestes sont signe de deuil.

    Chat Noir : Comme en France, un chat noir qui travers la rue devant vous porte malheur

    Chiffres 4 et 9 : En japonais, le chiffre "4" à la même prononciation que le mot "mort (shi), de plus dans les hôpitaux, il n'y a pas de chambre portant le numéro 4. Le "9" se prononce comme le substantif "souffrance" (ku).

    Dormir en direction du nord : Les japonais ne dorment jamais la tête exposée vers le nord, car c'est de ce côté que le corps des défunts est enterré.

    Eternuments : Si vous éternuez une fois, cela signifie que quelqu'un dit du bien de vous. Deux éternuements indiquent qu'on est en train de vous critiquer. Enfin, éternuer trois fois signale, juste que vous êtes enrhumé!

    Etoile filante : Quand on voit une étoile filante, il faut faire trois voeux pour qu'ils soient exaucés.

    Hirondelle :  Une hirondelle qui vole à ras de terre prédit la pluie.

    Lacet : Lorsqu'on casse un lacet, cela signifie qu'il est arrivé malheur à son propriétaire.

    Objet cassé : Si u objet auquel on tient se brise, cela signifie qu'il est arrivé malheur à son propriétaire.

    Se coucher après avoir manger : Il est recommandé de ne pas coucher tout de suite après avoir mange, sous peine de se transformer en vache.

    Se couper les ongles le soir: Il ne faut se couper tout de suite, car on risque de ne pas avoir ses parents lors de leur décès.

    Siffler la nuit : Quelqu'un qui siffle la nuit risque de se faire attaquer par un serpent, un voleur ou un monstre.

    Tonnerre : Pour éviter le foudre, il faut dire "Kuwabara Kuwabara". De plus, la coutume veut qu'on cache son nombril lorsque l'orage gronde, pour ne pas le perdre... 

     

    La religion japonaise

    Le shintoïsme

    Le shintoïsme, ou " la voie du dieu" est le religion indigène du Japon. Ses divinités, les kami, sont censées veiller sur tous les éléments de la nature. Elles sont vénérés à travers des milliers de sanctuaires répandus dans tout le pays. Cette croyance est à l'origine de nombreux rites fondés sur la purification et d'autres traditionnaires similaires venues de Corée et de Sibérie. En 1870, le shintoïsme est officiellement reconnu comme religion d'Etat, et ce jusqu' à la fin de la Seconde Guerre mondiale. De os jours, le shintoïsme compte peu de pratiquant "exclusifs". En effet, bien que les japonais aient gardés certains rituels, la plupart les mêlent à des pratiques bouddhiques; ainsi, les cérémonies de mariage se déroulent suivant des rites shintoïsme, tandis que les funérailles suivent habituellement les pratiques bouddhiques.

    Le bouddhisme

    Né en Inde, le bouddhisme a été importé au japon, par des moines du continent asiatique, ver le IVe siècle. Cette croyance a pris au Japon des formes tout à fait particulières et s'est développé rapidement via les différentes écoles implantées dans l'archipel. Pratiqué par les samouraïs, le bouddhisme est devenu la religion nipponne par excellence. Cependant, en raison du manque de soutien officiel et d'une opposition farouche des adeptes du shintoïsme, cette nouvelle croyance n'a pas pu réellement se propager. C'est seulement après la Seconde Guerre mondiale qu'elle a connu un nouvel essor, et ses rituels comme sa morale imprègnent aujourd'hui la vie de japonais.

    Parallèlement au shintoïsme sectaire, de nombreuses sectes bouddhiques ses ont développés au fil des années. La plus connue d'entre elles est celle du Tenri-Kyo, fondée pendant la période Meiji lors d'un conflit opposant des adeptes du shintoïsme. Certains sectes modernes continuent actuellement à voir le jour, regroupant plusieurs millions de fidèles.

    Le christianisme

    Le christianisme apparaît pour la première fois au Japon au milieu du XVIème siècle, introduit par des missionnaires espagnols et portugais qui débarquent sur l'archipel. Mais Toyotomi Hideyoshi, hostile aux étrangers, s'oppose à la propagation de cette religion et l'interdit en 1587. A l'époque Edo, Tokugawa Ieyasu proscrit à son tour le catholicisme. Les chrétientés finissent par se révolter, tout comme les bouddhistes, qui se sentent envahis par les étranges occidentaux; Un conflit sans précèdent éclate alors,au cours duquel 35 000 chrétiens trouvent la mort. En 1639, le Japon est fermé aux étrangers. La situation s'améliorera seulement avec l'effondrement du bakufu et le Restauration de Meiji en 1868. 

     

    Les fêtes japonaises

    Hiver (12/12 - 19/03)

    Bônenkai : Dés le début du mois décembre, les festivités de fin d'années commencent. Les japonais se retrouvent en famille, entre amis et collègue pour se féliciter du travail accompli pendant l'année. Noël vient clôturer ces Bônenkai.

    Onisoka : C'est le 31 décembre! Les maisons sont décorer de branches de pin et de bambou (Kodamatsu) et les familles dégustent de longues pâtes symbolisant la longévité (toshikoshisoba). A minuit, les cloches des temples bouddhiques sonnent 108 coups correspondant aux 108 désirs terrestres. Les rituels du Nouvel An (ganjitsu ou (o) shôgatsu) sont alors accompagné avec ferveur. Les Japonais se rendent aux sanctuaires shintoïstes et temples bouddhiques où ils honorent les dieux (kami) et les esprit. Puis ils envoient leurs cartes de voeux (nengajô) et offrent des étrennes aux enfants (otoshidama)

    Hina Matsuri : Fête des poupées, le 3 mars. Les parents célèbrent leurs filles en dressant des présentoirs où se trouvent des poupées représentent la cour impériale de Helan. Les jeunes filles, vêtues de kimono à manches longues, reçoivent des cadeaux.

    Saint-Valentin : Le 14 février, seules les filles offrent des chocolats aux garçons de leur entourage, et pas seulement à l'élu de leur coeur. Les giri-choko, offert par obligation, sont achetés, mais ceux offert de bon coeur (hommei-choko) sont préparés à la main par les japonaises. Un mois plus tard, le 14 mars, on fête le White Day. Les garçons qui ont reçu des chocolats offrent, an acceptation de cette amitié ou de cet amour, un cadeau d'une valeur dix fois supérieur, aux jeunes filles en question; C'est pourquoi certains japonais commencent à refuser les chocolats de la Saint-Valentin....

    Setsubun : avant le début du printemps, les Japonais ouvrent portes et fenêtres de leur maison. Ils lancent des haricots séchés à la volée, pour chasser mauvais sorts et démons

    Printemps (20/03 -20/06)

    Golden Week : Fin avril ou début mai, semaine durant laquelle les salariés japonais sont en vacances, plusieurs jours fériés s'enchaînant. Les aéroports et gares sont envahis et les hôtels des régions touristiques affichent complet, alors que Tokyo se libère.....

    Nanami : Coutume marquant l'arrivée de la belle saison. Fin mars ou début avril, les bulletins météo annoncent à la journée prés les périodes de la floraison, région par région; Des groupes d'amis pique-niquent dans les parcs, sous les cerisier en fleurs....

    Haru no Higna : A l'équinoxe de printemps, vers le 21 mars, les japonais se recueillent sur les tombes familiales, ils honorent aussi les âmes de leurs ancêtres durant la semaine de l'équinoxe d'automne

    Kodomo no Hi : Fête des enfants, traditionnellement, le cinquième mois de l'année était considéré comme néfaste et le cinquième jour, défavorable. Le tango no sekku (jour des garçons) fut ainsi établi le 5 mai pour célébrer les jeunes garçons et leur souhaiter une croissance saine et une brillante carrière. aujourd'hui, les enfants prennent un bain agrémenté de feuilles d'iris qui éloignent les démons.

    Eté (21/06-21/09)

    Obon : Fête des morts, vers mi-juillet ou mi-août, selon les régions. Ce rite bouddhique célèbre le retour des esprits des ancêtres dans leur maison pour trois jours. Les maisons et les pierres tombales sont nettoyés et des danses sont organisées (bon-dori).

    Tanabata Matsuri : Fête des étoiles,célèbre le 7 juillet, dont l'origine est un vieille légende chinoise qui conte l'amour de deux étoiles, la Tisserande et le Bouvier. Ce merveilleux conte est paru aux éditions l'Ecole des loisirs ("Conte chinois, le Bouvier et la Tisserande"), traduit par Anne-Marie Passant.

    Tsukimi : Contemplation de la lune, vers mi-septembre, les japonais organisent des fêtes pour contempler le lune de mi-automne (chûsû no meigetsu)

    Automne (22/09- 20/12)

    Shichigosan : Le 15 novembre, les familles accompagnent les garçons de 3 à 5 ans et les filles de 3 à 7 ans aux sanctuaires shintoïstes pour prier les dieux de leur assurer sécurité et santé. 

    Page 2